Généralités Akita

histoire de la race

A l’origine, toutes les races canines japonaises étaient de petite à moyenne taille et il n’existait aucune race de grande taille. Dès 1603, provenant de la région d’Akita, les chiens nommés « Akita Matagi» ( chiens de taille moyenne pour la chasse à l’ours) ont été employés comme chiens de combat. Depuis 1868, la race a été croisée avec le Tosa et avec des Mastiffs. A la suite de ces croisements, la taille de la race augmenta et certains traits caractéristiques propres aux chiens de type Spitz disparurent.

En 1908, les combats de chiens furent interdits. La race fit néanmoins préservée et améliorée ; elle devint par la suite une grande race japonaise, et, en 1931, 9 chiens d’élite furent désignés comme « Monuments Naturels Historiques ».
Pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945) il était courant d’employer des peaux de chiens pour confectionner des vêtements militaires. La police ordonna la capture et la confiscation de tous les chiens sauf les Bergers allemands qui étaient réservés pour des tâches militaires. Certains amateurs essayèrent de circonvenir la loi en croisant leurs chiens avec des Bergers allemands. A la fin de la seconde guerre mondiale, le nombre des Akita étant dangereusement réduit et les chiens se présentaient sous trois types différents :
1)des Akita Matagi
2)des Akita chiens de combat
3)des Akita/Bergers allemands. La situation de la race était gravement perturbée.

Pendant la période de la restauration de la race pure après la guerre, Kongo-go, un chien de la ligne de sang Dewa, jouit d’une popularité passagère, mais extrêmement importante ; ce chien présentait extérieurement les traits caractéristiques de l’influence de Mastiffs et de Berges allemands. Le nombre des éleveurs d’Akita augmenta et la race devint très prisée du public. Cependant, des amateurs éclairés refusèrent d’accepter ce type de chien comme vraie race japonaise et s’efforcèrent d’éliminer les caractéristiques des races étrangères en faisant des croisements avec des Akita Matagi ; le but était de retrouver le type original de la race. Ces efforts couronnés de succès ont permis de stabiliser la souche pure de l’Akita de grande taille bien connu de nos jours.

Son caractère

-Les points positifs :

Bon gardien, il est peu aboyeur et calme, ce qui le rend facile à vivre. On peut l’amener partout s’il est bien socialisé. Chien fidèle, il sait être indépendant et supporte aisément la solitude.
Contrairement à ses cousins nordiques, il ne sert pas à tirer les traîneaux. Lui préfère les ballades tranquilles et faire de la bronzette au soleil.
Il s’accommode très bien aux autres animaux de la maison (chats, oiseaux,…) et adore les enfants si ceux si respecte son envie de tranquillité.

-Les points négatifs :

Chien fier, il s’en trouve très dominant. De ce fait, il lui faudra un maître ferme. Attention ne pas confondre fermeté et dureté (ou violence), l’Akita est sensible et obéissant si on sait lui faire comprendre et le motiver. Être trop dur avec lui peu le rendre agressif.

Sa dominance envers ses congénères de même sexe est son problème majeur. Méfiez vous des bagarres, prenez vos responsabilités : tenez le en laisse lors des promenades et sachez le maîtriser, surtout à sa période de maturité sexuelle entre 9 mois et 2ans.

son standard

Standard FCI N°255/ 02.04.2001/ F

Aspect général: Chien de grande taille de constitution robuste, bien proportionné, avec beaucoup de substance ; caractères sexuels secondaires nettement marqués. Grande noblesse et dignité dans la simplicité. Construction robuste.

Proportions importantes : Le rapport entre la hauteur au garrot et la longueur du corps (de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse) est de 10 à 11, mais les femelles ont le corps légèrement plus long que les mâles.

Comportement et caractère : Calme, fidèle, docile et réceptif.

Tête Crâne : Le crâne est bien proportionné par rapport au corps ; le front est large et le sillon frontal est net, sans ride.
Stop : Marqué.
Truffe : Grosse et noire. Un manque de pigmentation léger et diffus sur la truffe est acceptable uniquement chez les sujets blancs. Toutefois la couleur noire est toujours préférée.
Museau : Modérément long et fort ; sa base est large ; il va en s’amenuisant, mais il n’est pas pointu. Le chanfrein est droit.
Mâchoires/dents : Denture forte présentant un articulé en ciseaux.
Lèvres : Serrées.
Joues : Modérément développées.
Yeux : Relativement petits, presque triangulaires vu que l’angle externe de l’œil est légèrement tiré vers le haut, disposés de façon à être modérément écartés, de couleur brun foncé ; plus la couleur est foncée, mieux cela vaut.
Oreilles : Relativement petites, épaisses, triangulaires, légèrement arrondies à leur extrémité, attachées modérément écartées, dressées et inclinées vers l’avant.
Cou: Épais et musclé, sans fanon, proportionné à la tête.:
Dos : Droit et solide.
Rein : Large et musclé.
Poitrine : Haute avec région sternale bien développée ; les côtes sont modérément cintrées.
Ventre : Bien relevé.
Queue : L’attache est haute ; la queue, épaisse, est portée bien enroulée sur le dos ; l’extrémité atteint presque le jarret lorsqu’on la tire vers le bas.
Membres antérieures : Épaules : Modérément obliques et développées.
Coudes : Bien au corps.
Avant-bras : Droit, doté d’une ossature puissante.
Membres postérieures: Bien développés, forts, modérément angulés.
Pieds : Épais, ronds, cambrés et serrés.
Allures: Mouvement élastique et puissant.
Poil : Le poil de couverture est dur et droit ; le sous-poil est souple et dense ; le garrot et la croupe sont couverts d’un poil légèrement plus long ; le poil de la queue est plus long que celui du reste du corps.
Couleur: Rouge-fauve, sésame ( poils rouge-fauve avec pointes noires), bringé et blanc. Toutes les couleurs citées ci-dessus, excepté le blanc, doivent présenter de « l’urajiro ». (Urajiro = poil blanchâtre sur les faces latérales du museau, sur les joues, sous la mâchoire, sur la gorge, le poitrail et le ventre, sur la face inférieure de la queue et à la face interne des membres).
Taille : mâles : 67 cm,
femelles : 61 cm.
Avec une tolérance de 3 cm en plus ou en moins.

Défauts: Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
· Mâles efféminés, femelles masculines.
· Prognathisme supérieur et inférieur.
· Dents manquantes.
· Langue tachetée de bleu ou de noir.
· Iris de couleur claire.
· Queue courte.
· Chiens craintifs.

Défauts éliminatoires :
· Oreilles non dressées.
· Queue pendante.
· Poil long (hirsute)
· Masque noir.
· Marques sur fond blanc.

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum